Les
auteurs
Philosophes
Politiques
Architectes
Économistes
Historiens
Sociologues
Écrivains

AU SOMMAIRE DU N°51 / novembre 2018 Avant-propos

Précédent
  • Christian CHAVAGNEUX

    Christian CHAVAGNEUX

    Éditorialiste au mensuel Alternatives économiques.

    Pour en finir avec les paradis fiscaux et l'opacité fiscale


    Paradis fiscaux et opacité fiscale minent l'économie. Investissements fictifs, circuits artificiels, instabilité financière et corruption nourrissent des problèmes graves et massifs. Une plus grande transparence, autour notamment du secret bancaire et des pratiques souvent douteuses d'optimisation fiscale, s'impose. Notamment dans le cas des multinationales. Société civile et institutions internationales s'y emploient, mais il faut encore progresser.

  • Eudoxe DENIS

    Eudoxe DENIS

    Conseiller du président de l'Afep.

    Les grandes entreprises françaises face aux exigences de transparence


    La transparence a peu à peu pris place dans la vie des entreprises. La transparence, qui ne doit pas être soupçonneuse, a toute son importance, à condition de se cantonner à des visées d'efficacité et de ne pas verser dans la moralisation. Une transparence raisonnable passe davantage par l'autorégulation que par la réglementation.

  • Nicolas BOUZOU

    Nicolas BOUZOU

    Économiste, directeur-fondateur du cabinet de conseil Asterès.

    Management : la confiance plus que la transparence


    L'entreprise est un rapport vertical hiérarchique et une institution au coeur de la société. Ces vérités sont trop souvent oubliées. Aucun gadget managérial ne saurait remédier à la crise contemporaine du management. Celui-ci, à rebours des théories à la mode sur la transparence ou sur « l'entreprise libérée », doit faire preuve de courage et valoriser confiance et autonomie.

  • Olivier BABEAU

    Olivier BABEAU

    Professeur à l'université de Bordeaux. Président de l'Institut Sapiens.

    Hypocrite transparence


    L'injonction contemporaine et permanente à la transparence est hypocrite et dangereuse. Elle nie la réalité du monde des affaires, faite de théâtre, de circonstances et de compromis. Elle relègue ce qui doit être sacré dans la vie privée à une exposition publique qui pousse au conformisme. Pour mieux vivre, il faut un peu d'opacité.

  • François-Bernard  HUYGHE

    François-Bernard HUYGHE

    Directeur de recherche à l'Institut de relations internationales et stratégiques.

    Société de transparence, société du secret


    La transparence est aujourd'hui célébrée, tandis que l'époque est au soupçon généralisé. Pourtant le secret importe, dans les affaires régaliennes de l'État comme dans les affaires des entreprises. Réseaux sociaux et cyberespace sont les nouveaux territoires d'une dialectique entre intimité et totale publicité, qui débute dans notre smarphone. Il faut savoir se protéger.

    
Suivant

Constructif est un magazine de débats de société et d'idées, édité par la Fédération Française du Bâtiment.