Les
auteurs
Philosophes
Politiques
Architectes
Économistes
Historiens
Sociologues
Écrivains

AU SOMMAIRE DU N°54 / octobre 2019 Avant-propos

Précédent
  • Benoît GEORGES

    Benoît GEORGES

    Journaliste.

    Intelligence artificielle : de quoi parle-t-on ?


    Faite d'innovations technologiques et d'un peu de science-fiction, l'intelligence artificielle est devenue un enjeu économique essentiel. Nourrie de puissantes capacités chaque jour renforcées de traitement de l'information ainsi que de possibilités d'apprentissage automatique, l'IA se trouve au coeur de la révolution numérique à l'oeuvre dans le monde. Avec un certain retard européen.

  • Pierre-Yves  CUSSET

    Pierre-Yves CUSSET

    Chef de projet à France Stratégie.

    L'augmentation artificielle de l'intelligence humaine


    L'intelligence artificielle est généralement définie comme un assortiment de programmes et de machines capables de simuler l'intelligence humaine. Elle peut aussi s'entendre comme un ensemble de techniques et produits visant à stimuler l'intelligence humaine. Tour de piste des perspectives et des enjeux de l'amélioration artificielle de l'intelligence des êtres humains par une action directe sur leur cerveau.

  • Eudoxe DENIS

    Eudoxe DENIS

    Directeur des affaires publiques de Plastic Omnium

    Limites de l'IA : le cas de l'automobile


    Produire des véhicules totalement autonomes n'est certainement pas pour demain. De tels objets coûteraient si cher que seules de rares personnes pouvant déjà largement rémunérer un chauffeur seraient en capacité de les acquérir. Mais bien au-delà des coûts, le recours massif à l'intelligence artificielle ne saurait réussir à forger une autonomie satisfaisante. La conduite doit rester aussi une expérience humaine.

  • Élisabeth  GROSDHOMME

    Élisabeth GROSDHOMME

    Directrice générale de Paradigmes et cætera.

    Quand les bâtiments sont intelligents, les murs ont des yeux et des oreilles


    L'expansion de l'intelligence artificielle dans les bâtiments présente des risques éthiques déjà clairement identifiés : surveillance généralisée, normalisation des conduites, discrimination. Habitants et utilisateurs de ces bâtiments intelligents développeront inévitablement des stratégies de contournement. L'humanité des comportements ne saurait être totalement digérée par les algorithmes.

  • Alain PIQUET

    Alain PIQUET

    Vice-président de la Fédération Française du Bâtiment

    L'IA, une incitation à travailler mieux


    Les mutations liées au numérique accélèrent sous les coups de boutoir de l'intelligence artificielle. Des études alarmistes insistent sur les potentielles destructions d'emplois. D'autres, plus enthousiastes, signalent de nouvelles opportunités. Sans nier les risques, la filière du bâtiment doit s'inscrire dans une perspective positive. De multiples applications transforment et améliorent les processus de production et de gestion du bâtiment. La transition numérique, bien menée, peut ancrer le secteur dans le XXIe siècle.

    
Suivant

Constructif est un magazine de débats de société et d'idées, édité par la Fédération Française du Bâtiment.