© E.Galvani/FBB

Jean-Pierre ROCHE

Directeur de la rédaction

Avant-propos

Le débat, annoncé l'an passé par le président de la République pour la mi-2010, a déjà commencé et va se poursuivre pendant plusieurs mois encore. Les réformes à mener pour assurer la pérennité, l'équité et l'équilibre financier de nos régimes de retraite publics par répartition constituent en effet un formidable défi pour tous ceux qui auront à en décider.

L'allongement de l'espérance de vie des Français sans prolongation corrélative de leurs carrières professionnelles et l'arrivée à la retraite des générations du baby-boom en pleine crise économique aggravent les déficits des régimes publics. Il faut donc trouver les moyens de rééquilibrer ce système en garantissant un niveau de pension satisfaisant aux Français, sans pour autant « accabler » les jeunes générations qui le financeront. Puisqu'un consensus existe en France sur le maintien du régime de la répartition, trois leviers - dont l'usage peut être alternatif ou combiné - s'offrent au législateur : l'augmentation des cotisations, l'allongement de la durée de cotisation nécessaire pour une retraite à taux plein et le report de l'âge légal. Mais rien n'interdit, comme l'a rappelé tout récemment le Conseil d'orientation des retraites, de simplifier au passage l'architecture globale du système...

Un large débat sur les retraites ne peut toutefois faire l'impasse sur les nécessaires points d'amélioration du système existant en France : la prise en compte de la pénibilité du travail, de la situation des femmes aux carrières incomplètes, des différences subsistant entre régimes (par exemple, entre fonctionnaires et salariés), mais aussi la recherche de solutions plus efficaces pour maintenir les seniors en emploi ou intégrer les difficultés des jeunes à entrer dans la vie active.

Toutes ces questions sont complexes et ce numéro de Constructif cherche avant tout à en éclairer les différents paramètres : ce qui existe, les solutions possibles, mais aussi comment d'autres pays, aux problématiques comparables, ont procédé pour assurer la retraite de leurs concitoyens. Et sans doute les réformateurs français pourront-ils méditer la conclusion de la contribution que nous publions sur la Suède : « Avec une méthode de négociation claire et un constat commun de situation, beaucoup peut être fait, même dans un contexte politique difficile. »

http://www.constructif.fr/bibliotheque/2010-2/avant-propos.html?item_id=3004
© Constructif
Imprimer Envoyer par mail Réagir à l'article