© FFB/EG

Brigitte POUSSEUR

Brigitte Pousseur est directrice de la rédaction.

Avant-propos

Regarder loin ne doit pas nous empêcher d’analyser le court terme. Nous ne faisons rien d’autre dans ce numéro de Constructif : le développement durable est une démarche qui s’inscrit forcément dans la durée, alors que l’étude des cycles d’activité révèle que ceux-ci peuvent être courts.

Le développement durable, dans sa définition la plus courante, est un développement «satisfaisant les besoins de la génération actuelle sans priver les générations futures de la possibilité de satisfaire leurs propres besoins.» Qui oserait refuser de souscrire à pareille ambition ? D’autant que l’éthique humaniste de ce propos est sous-jacente. Mais pour les entreprises qui se lancent dans une telle démarche, le réalisme est aussi de mise car elles anticipent une modification du comportement des consommateurs, dorénavant plus attentifs à des considérations sociétales et environnementales que par le passé. Dans ces conditions, la question ne sera pas tant l’objectif auquel chacun souscrit que le rythme adapté et l’investissement nécessaire pour y parvenir sans mettre en danger... le présent.

Les éminents économistes qui étudient les cycles dans ce numéro rejetteraient sans doute une observation simple : après un cycle de croissance rapide et un peu insouciante des ressources de demain, nous sommes entrés depuis les années quatre-vingt-dix dans une période plus anticipatrice des risques à venir. A cet égard, une analyse des cycles économiques vise justement à essayer de prévoir leur reproduction à l’avenir, et donc l’évolution de nos marchés. Pour les décideurs comme pour les entreprises, c’est un outil essentiel d’aide à la décision stratégique.

http://www.constructif.fr/bibliotheque/2003-11/avant-propos.html?item_id=2499
© Constructif
Imprimer Envoyer par mail Réagir à l'article