© Philippe Baudouin

Didier RIDORET

Président de la Fédération Française du Bâtiment.

Avant-propos

Ces dernières années, le Bâtiment a fait l'objet d'une batterie de mesures qui ont pénalisé le marché, affaibli les entreprises et, finalement, grippé un des seuls secteurs qui produisent sur place et répondent à un besoin essentiel de nos concitoyens. Loi LME d'avril 2008 portant création du statut d'autoentrepreneur, remontée du taux de TVA réduit, mesures fiscales pesant sur l'immobilier sont autant de handicaps auxquels il convient d'ajouter la concurrence déloyale des entreprises étrangères.

Les Rencontres du Bâtiment du 6 mars dernier s'inscrivent dans la suite logique de nos actions visant à dénoncer le traitement dont notre secteur fait l'objet, mais dans un registre différent. En effet, un certain discours politique et économique, relevant de la recherche classique du bouc émissaire, voudrait faire de l'immobilier et du bâtiment l'alpha et l'oméga des problèmes de la France. L'un et l'autre seraient pêle-mêle responsables d'une mauvaise affectation de l'épargne, du déclin de l'industrie, de la perte de compétitivité du pays et, enfin, d'une bulle dangereuse pour notre économie.

Ce qui est dérangeant dans ces positions, c'est moins la partialité des études et des analyses que la tendance à nier la complexité de la réalité. Pour autant, nous ne devons pas occulter les questions qui nous sont posées. L'objet du colloque du 6 mars était d'ouvrir en toute impartialité un véritable débat, sans chercher à fuir les questions, mais en s'attachant à justifier les réponses. Ce numéro de Constructif – qui relate l'intégralité de cette manifestation et présente un important document de synthèse des travaux existants, réalisé par la direction des affaires économiques de la Fédération — en est le témoignage.

À chacun de se forger son opinion.

http://www.constructif.fr/bibliotheque/2013-6/avant-propos.html?item_id=3319
© Constructif
Imprimer Envoyer par mail Réagir à l'article