Sommaire N°10

Février 2005

Brigitte POUSSEUR

Avant-propos

Jusqu'ou ira la judiciarisation de la société ?

Edgar MORIN

La punition est satisfaisante

Pascal BRUCKNER

Vers une société de victimes ?

Ulrich BECK

La société du risque

Dominique BARELLA

La machine infernale de la judiciarisation

Edwige BELLIARD

Des normes juridiques diverses et trop complexes

Christophe RADÉ

Faut-il avoir peur du principe de précaution ?

Patrick PERETTI-WATEL

Transgression et conduites à risques : des réactions à l’hyperprotection

Philippe BILGER

La justice doit accepter le contrôle du citoyen

François STASSE

Médecine et droit, un couple à risques

Xavier de ROUX

Réhabiliter la responsabilité civile du chef d’entreprise

Jean-Paul NOURY

Comment limiter les effets de la
« judiciarisation » de l’économie ?

Jean-Pierre DANIEL

Peut-on tout assurer ?

Lawrence M. FRIEDMAN

Les Etats-Unis sont-ils la «patrie» des contentieux ?

Elisabeth LAMBERT-ABDELGAWAD

La dimension internationale de la judiciarisation

La transmission d'entreprise, une affaire de psychologie

Alain BLOCH

Retrouver l’esprit de conquête

Michel GODET

La valeur du travail : produire du lien social

Nathalie CARRÉ

Création et reprise, même combat ?

Gilles LECOINTRE

Quitter le pouvoir en partageant le savoir

Alain BLANC

Transmettre, c’est mourir un peu...

Peggy NORDMANN

Reprendre l’entreprise familiale : désir et résistances

François BUELENS

Des freins de tous ordres

Jean-Michel LEFÈVRE

Bâtiment : une école pour les repreneurs de demain

© FFB/EG

Brigitte POUSSEUR

Brigitte Pousseur est directrice de la rédaction.

Avant-propos

Sommes-nous tous des victimes en puissance ? Avons-nous désormais vocation à demander réparation à la société pour tout et n'importe quoi ? La montée en puissance du recours à la justice en France, mais aussi la médiatisation croissante des affaires judiciaires nous conduisent, dans ce numéro, à interroger les philosophes Edgar Morin et Pascal Bruckner, ainsi qu'un élu et avocat, un sociologue, des magistrats… Où va-t-on dans une société qui érige le principe de précaution en référence constitutionnelle ?

Force est d'observer que le constat d'une « judiciarisation » croissante de la société est unanime. Restent alors les moyens de l'endiguer, d'éviter que les mises en cause de la responsabilité médicale ne finissent par porter atteinteà la qualité des soins dispensés, ou que la recherche de la responsabilité du chef d'entreprise ne le condamne à l'inaction. De nombreuses propositions figurent dans les pages qui suivent. Ce sont autant d'éléments de réflexion pour le citoyen comme pour le législateur. Pourront-ils peser d'un poids réel dans un monde qui cherche à évacuer le risque, alors même que celui-ci est inhérent à la vie ?

Le risque est partout, ni toujours prévisible, ni toujours « assurable ». Il peut être considérable – on vient de le voir en Asie du Sud –, ou beaucoup plus limité, comme dans le cas d'une reprise ou d'une création d'entreprise. Il faut savoir y faire face, sans céder à la tentation de se retourner contre la société, son médecin, son fournisseur, son voisin…

La responsabilité est à ce prix. L'esprit d'entreprise aussi.

http://www.constructif.fr/bibliotheque/2005-2/avant-propos.html?item_id=2603
© Constructif
Imprimer Envoyer par mail Réagir à l'article