Préambule

Bâtiment et risques sanitaires : des remèdes

S'est-on assez préoccupé par le passé des risques sanitaires dans les bâtiments ? Le verdict des médecins, comme ceux de l'expert et de l'industriel est sans appel. « Si les performances d'usage des produits de construction n'ont cessé de s'améliorer (ces dernières décennies), leur impact sanitaire potentiel n'a jamais été pris en compte de manière systématique », résume Christian Cochet (CSTB). Pourtant, la réglementation a évolué ces dernières années afin d'interdire des produits de construction, renforcer la protection des travailleurs et protéger les usagers des bâtiments, comme le rappelle le docteur Fabien Squinazi.

Mais il reste beaucoup à faire, chacun le reconnaît. Il faut rechercher « la mise au point de normes et de labels », suggère Christian Cochet. « Il manque sans doute dans les marchés un lot “ventilation” », constate le professeur Frédéric de Blay, qui prend en exemple le contrôle de la qualité sanitaire effectué aux Pays-Bas.

Le producteur de matériaux a « non seulement une responsabilité légale mais aussi un devoir moral et, ne l'oublions pas, un intérêt financier et marketing de fabriquer des produits ne portant pas atteinte à la santé des personnes. Et ce dans les usines lors de leur production, sur les chantiers lors de leur mise en œuvre et dans les bâtiments lors de leur usage, de leur maintenance et même de leur démolition », écrit courageusement Aymon de Reydellet (Saint-Gobain Isolation), un des seuls grands groupes industriels du secteur à avoir accepté de donner son point de vue sur ce sujet. Avec la conviction qu'au moins à terme, le consommateur devrait préférer les marques qui « apportent le maximum de sécurité dans la composition et la fabrication de leurs produits ». L'exemple d'autres pays européens semble lui donner raison…

http://www.constructif.fr/bibliotheque/2002-1/preambule.html?item_id=2399
© Constructif
Imprimer Envoyer par mail Réagir à l'article