Éric CHARMES

Directeur de recherche, laboratoire EVS-Rives,ENTPE, Vaulx-en-Velin.

Le périurbain : un territoire de perdants ?

Le périurbain n'a pas bonne presse. Il apparaît souvent comme un territoire de relégation où seraient poussés les perdants de l'économie mondialisée. Pourtant, il est loin d'être dépourvu d'atouts mais son développement doit être organisé.

En s'autorisant une provocation, on pourrait affirmer que le périurbain est un idéal d'urbaniste. On connaît la boutade prêtée à Alphonse Allais : « On s'est trompé avec les villes, on aurait dû les mettre à la campagne. » Et les urbanistes, Ebenezer Howard, concepteur des cités-jardins, en tête, ont longtemps rêvé de marier les avantages de la ville et ceux de la campagne tout en évitant les inconvénients de l'une et de l'autre.

La périurbanisation des communes rurales proches des villes peut être considérée comme une concrétisation de ce rêve. Sans l'aide des urbanistes, les habitants des villes se sont installés dans les villages des alentours, tout en se déplaçant quotidiennement dans ces villes, pour y travailler notamment. Parler de village n'est pas inapproprié puisqu'en France, dans environ 9 cas sur 10, les communes considérées comme périurbaines par l'Insee comptent moins de 2 000 habitants. À Paris, la couronne périurbaine comprend près de 1 400 communes, dont 85 % accueillent moins de 2 000 habitants.

Ces villages près de la ville ne sont pas seulement habités par des ménages modestes, loin de là. On trouve quelques pilotes de ligne dans les maisons individuelles de Gressy, une commune de 900 habitants, proche de la plate-forme aéroportuaire Charles-de-Gaulle, mais peu exposée à ses nuisances et jouissant d'un agréable parc disposé autour d'un plan d'eau. Dans les Yvelines, Châteaufort accueille aujourd'hui surtout des couples de cadres. Cette commune de 1 400 habitants, intégrée au parc naturel de la vallée de Chevreuse, est située dans l'orbite des meilleurs lycées de Versailles et est proche des entreprises de pointe installées sur le plateau de Saclay.

Les communes moins favorisées sont néanmoins nombreuses. Thieux, à quelques minutes en voiture de Gressy, est une commune tout aussi villageoise, au caractère rural plus marqué même. La principale différence entre les deux communes est que Thieux subit fortement le bruit du trafic aérien de l'aéroport Charles-de-Gaulle. Son peuplement s'en ressent : alors qu'à Gressy le revenu fiscal médian par personne (ou plus exactement par « unité de consommation ») est de 32 200 euros, il n'est que de 21 100 euros à Thieux. À la place des pilotes, on trouve des caristes.

Les accédants à la propriété modestes s'installent toutefois pour la plupart dans des communes éloignées des centres. Le cadre de vie privilégié d'une commune telle que Châteaufort, à 30 kilomètres de Paris, résulte en large part de règlements d'urbanisme malthusiens qui restreignent l'offre de logements disponibles. La construction neuve est donc repoussée dans des communes plus lointaines, jusqu'à ce que les règlements municipaux y deviennent restrictifs sous l'impulsion d'habitants à leur tour désireux de préserver leur cadre de vie villageois. Cette mécanique conduit à une extension très rapide des couronnes périurbaines : à Lyon, elle a doublé en dix ans, passant de 194 communes en 1999 à 383 en 2010.

Des coûts élevés de déplacement

Les maisons ou lots à bâtir proposés dans le périurbain perdent de leur attrait au fur et à mesure que l'on s'éloigne du coeur des villes. Dans le lointain périurbain, les acquéreurs sont plutôt des employés, des ouvriers qualifiés, qui disposent typiquement de 2 500 euros de revenus nets mensuels. Aux taux actuels, en s'endettant sur vingt-cinq ou trente ans, ils peuvent emprunter de l'ordre de 200 000 euros. Cette somme correspond au prix d'une maison familiale en lotissement dans un village autour de Montereau-Fault-Yonne par exemple, à plus de 100 kilomètres du centre de Paris.

Cet éloignement occasionne des frais de déplacement élevés, particulièrement dans les grandes métropoles. Une étude de l'Insee a montré qu'en Île-de-France, pour les accédants à la propriété les plus modestes, le budget moyen consacré aux déplacements est comparable à celui de l'emprunt immobilier 1. Pour un couple avec des enfants qui dispose de 2 500 euros mensuels, le reste à vivre peut descendre sous les 1 000 euros. La situation est d'autant plus délicate que si, dans les communes périurbaines les mieux situées, les services parascolaires sont bien développés (souvent trop, d'ailleurs, pour une population vieillissante), dans les communes plus éloignées, encore très rurales, ces services sont généralement rudimentaires. Comment faire pour accompagner les enfants à l'école quand celle-ci ouvre ses portes à 8 h 30 et qu'il faut partir à 6 heures pour arriver à temps sur son lieu de travail ?

L'accession à la propriété peut alors passer du rêve au cauchemar. Un divorce ou une perte d'emploi peut contraindre à la vente de la maison. Quand on échappe à ces écueils, il faut faire des heures supplémentaires et accepter des déplacements très longs. Et on ne voit plus ses enfants que les week-ends. Chez certains cela provoque de la frustration, voire du ressentiment. Le sentiment se développe que les efforts ne sont pas récompensés, surtout en comparaison des habitants des quartiers populaires de banlieue, d'où viennent beaucoup de ces acquéreurs modestes de maison individuelle. Leurs anciens voisins bénéficient de logements sociaux et vivent dans des communes bien dotées en services et en équipements. Là réside une des explications (ce n'est certes pas la seule) du vote Front national particulièrement élevé dans le lointain périurbain des grandes villes. On y constate en effet fréquemment des suffrages exprimés en faveur de Marine Le Pen au premier tour de la dernière élection présidentielle au-dessus de 30 %, et parfois au-delà de 40 % (quand ces suffrages sont restés limités à 8,8 % à Châteaufort).

Des possibilités d'adaptation à terme

Il ne faudrait cependant pas réduire le lointain périurbain des grandes métropoles aux difficultés rencontrées par les accédants modestes à la propriété. Lionel Rougé, après avoir été l'un des premiers à montrer l'ampleur de ces difficultés autour de Toulouse, est revenu sur ses terrains d'enquête dix ans plus tard et a montré que les familles soit partent, soit, ce qui est la large majorité des cas, s'adaptent 2. Elles le font principalement en trouvant des emplois plus proches de leur domicile, car le périurbain n'accueille pas seulement des pavillons mais aussi des entreprises.

Avec le covoiturage, il est également possible de réduire le coût de la mobilité automobile. Par ailleurs, perpétuant le modèle classique de la vie pavillonnaire, des femmes réduisent leur activité ou l'arrêtent pour s'occuper des enfants (avec les coûts de garde et de transports, la rentabilité d'un emploi est souvent faible). En parallèle, les voisins développent des réseaux d'entraide. Les communes tendent aussi à s'équiper et à améliorer leur offre de services.

Comme souvent donc, il faut éviter les jugements catégoriques. Le périurbain n'est pas ceci ou cela, il est généralement ceci et cela. L'enjeu n'est pas d'empêcher son développement, voire de le faire disparaître comme on l'entend parfois. Il s'agit de mieux l'organiser et de permettre notamment aux ménages de s'y installer sans sacrifier leur vie personnelle. Dans les grandes métropoles, dont il a surtout été ici question, les politiques qui encouragent l'accession à la propriété des ménages modestes devraient mieux tenir compte des frais de déplacement induits. De la même manière, les politiques de transports, de développement local et de régulation de la production de logements pourraient être mieux coordonnées.

Une telle coordination suppose notamment de dépasser l'échelle communale. Beaucoup de choses ont été faites sur ce terrain pour les agglomérations, mais presque tout reste à faire dans le périurbain où, comme on l'a dit, la fragmentation du tissu communal est extrême et l'urbanisme reste largement une affaire de maires.

http://www.constructif.fr/bibliotheque/2017-11/le-periurbain-un-territoire-de-perdants.html?item_id=3612
© Constructif
Imprimer Envoyer par mail Réagir à l'article