Marie-Noëlle LIENEMANN

Sénatrice socialiste, présidente de la Fédération nationale des sociétés coopératives d'HLM, vice-présidente de l'Union sociale pour l'habitat.

Laïcité : la loi doit être respectée

La question du respect de la laïcité et des principes du « bien vivre ensemble » dans notre République laïque dépasse largement le cadre des quartiers prioritaires.

Les principes républicains de laïcité vous semblent-ils respectés dans les quartiers concernés par la politique de la ville ?

Cette question ne se pose pas uniquement dans les quartiers d'habitats sociaux, ou prioritaires au regard de la politique de la ville. Il faut déjà bien clarifier ce que notre législation exige de chacun pour se conformer aux lois de notre République laïque. Par exemple, le respect du principe de neutralité s'impose non seulement aux agents publics, mais aussi à tous ceux qui concourent à une mission de service public, ce qui est le cas des salariés de tous les organismes HLM, quel qu'en soit le statut. Ensuite, il y a des interdictions qui ne sont pas toujours respectées et qui doivent l'être. Quelques exemples : l'interdiction d'être totalement voilée, donc de dissimuler son visage dans l'espace public, n'est pas toujours efficacement mise en œuvre. Il arrive que des lieux culturels, d'animation, qui étaient naguère des locaux communs résidentiels, se soient peu à peu transformés en lieux de culte, ce qui n'est pas permis.

Lorsqu'il s'agit d'une situation qui s'est installée il y a longtemps, le retour en arrière doit se faire avec doigté mais la loi doit être respectée. Ensuite, il est aussi souhaitable d'expliquer et de rappeler aux locataires leurs devoirs s'agissant de l'accueil des employés de services et d'entreprises qui doivent intervenir dans leur logement. Après, il arrive que soient observés des comportements qui visent à imposer une forme de pression culturelle ou religieuse sur les habitants et nos salariés, et, là, c'est par un travail d'éducation, d'intervention des collectivités publiques et des forces de l'ordre qu'il faut agir. La mobilisation associative peut être aussi très efficace.

Qu'est-ce qui vous semble nécessaire pour maintenir les principes de la laïcité ?

La laïcité n'est pas seulement le « bien vivre ensemble », mais aussi le principe de la neutralité de l'État, le respect des lois de la République. Tout doit être fait pour privilégier, en particulier dans l'espace public, ce qui fédère, ce qui rapproche nos compatriotes au détriment de ce qui les ségrègue, les différencie, tout en respectant la liberté de conscience et de religion.

Il est essentiel de bien formuler dans la vie professionnelle, dans le quartier, dans l'espace et les services publics, ce qu'implique le respect de la laïcité tout en faisant partager les valeurs qui la fondent : la liberté de chacun, l'absence de pression et de prosélytisme, l'égalité entre hommes et femmes, la supériorité des lois humaines, celles de la République, sur les dogmes et « lois » religieuses... Il faut redonner du sens à cette belle idée, aussi par une bataille culturelle, pacifique bien sûr, qui permette à chacun de se la réapproprier.

En quoi va consister le plan d'action de l'Union sociale pour l'habitat (USH) sur la laïcité ?

La première démarche qu'a engagée l'USH concerne la clarification juridique de ce que devaient faire les organismes face à des situations qui ont pu et peuvent encore les embarrasser, les amener à hésiter sur ce qui était permis ou non. Il s'agit également de leur suggérer les réactions à privilégier. L'objectif est clair : la loi doit être respectée, l'adhésion du plus grand nombre acquis. Un guide doit être publié en direction des offices, sociétés, coopératives HLM pour rappeler les droits et devoirs de leurs salariés.

Des recherches d'actions sont engagées sur quelques sites pour analyser avec les bailleurs l'évolution de la vie sociale dans les résidences HLM et comprendre des situations vécues comme tendues, où une certaine emprise religieuse tend à se manifester, pèse sur la liberté et les conditions de vie des habitants et peut écarter ces quartiers et habitants du pacte républicain. Elles serviront à trouver comment intervenir pour rétablir la situation en partenariat étroit avec tous les acteurs présents, sachant que ce qui relève du bailleur est souvent limité. C'est aussi une façon d'associer et d'interpeller les autres acteurs publics et les citoyens.

Enfin, un gros travail de formation est engagé pour que tous les salariés des organismes, de l'encadrement aux acteurs de terrain, partagent les bonnes informations, puissent échanger pour agir avec pertinence. Nous nous inscrivons dans le grand plan de formation engagé par les pouvoirs publics (avec le Commissariat général à l'égalité des territoires) sur « laïcité et valeurs de la République », que nous complétons sur les spécificités dans le champ de l'habitat social.

http://www.constructif.fr/bibliotheque/2016-11/laicite-la-loi-doit-etre-respectee.html?item_id=3564
© Constructif
Imprimer Envoyer par mail Réagir à l'article