Sommaire N°16

Février 2007

Georges RIGAUD

Avant-propos

Les nouvelles politiques urbaines

Eduardo LOPEZ MORENO

Faire face à une urbanisation galopante et chaotique

Denise PUMAIN

Des villes européennes solidaires

François ASCHER

Les défis urbains de l'Europe : un point de vue français

Cliff HAGUE

Les défis urbains de l'Europe : un point de vue anglo-saxon

Bruno FORTIER

La ville s'est envolée

Thierry JOUSSE

Des villes, des films et des fantomes

Thierry PAQUOT

En route vers l'éco-urbanisme ?

Jean-Michel ROUX

L'aménagement urbain contre la fracture sociale

David TELLER

Un programme pour améliorer la coopération entre les villes

Trevor BODDY

L'ultime centre-ville ?

Nicolas BUCHOUD

Les professionnels qui font la ville : des aménageurs aux nouveaux urbanistes

Michel MICHEAU

Repenser la formation des urbanistes

Nathalie ROSEAU

Aménager la ville des flux

Les rouages de l'opinion

Luc FERRY

Opinion publique et idéologie

Jean-Louis BENOIT

Histoire d'une montée en puissance

Denis MUZET

Un citoyen « médioatico-sensible » dans une démocratie médiatique

Jean-Marie COTTERET

La tyrannie télévisuelle

Jean VOLFF

Un exemple de manipulation de l'opinion : l'affaire Allègre

Alain DUHAMEL

Les hommes politiques sont « accros » à l'opinion

François MIQUET-MARTY

Les sondages font-ils l'opinion?

Thierry VEDEL

Blogs politiques : vraie ou fausse révolution ?

Jean-Pierre BEAUDOIN

Peut-on gérer le « facteur opinion » ?

Ludovic FRANCOIS

Faire face à la déstabilisation de l'entreprise

Emmanuel LEMIEUX

Le nouveau jeu de mikado de l'influence intellectuelle

Alain BLANC

Règne de l'opinion ou règne sur l'opinion ?

David TELLER

est directeur du Programme urbain du Pacte mondial des Nations-unies pour les villes (UNGCCP)*

*Basé à Melbourne, en Australie, le secrétaire international de l'UNGCCP a pour mission de fournir aux villes participantes une plate-forme de communication et de soutenir le développement de groupes de travail sectoriels (GTS) pour répondre aux enjeux des projets choisis par les villes. Le secrétariat offre des outils et des moyens permettant aux villes d'identifier, de rechercher et de résoudre les questions urbaines, ainsi qu'une aide à la facilitation et à la formation. Il se tient également à disposition pour donner des idées de projets éventuels et pour aider les villes à assurer la liaison avec un ensemble de ressources internationales.

Un programme pour améliorer la coopération entre les villes

Lancé en 2003, le Programme urbain du Pacte mondial des Nations unies pour les villes (UNGCCP) permet aux villes participantes de communiquer et de coopérer sur des questions d’intérêt commun. Ce dispositif apparaît alors que plus de la moitié de la population mondiale vit dans des villes et qu’individus et gouvernements communiquent plus facilement que jamais. Il vise à aider les villes à relever certains des nombreux défis auxquels elles sont confrontés.

Cette convergence de facteurs constitue une opportunité de repenser la coopération urbaine et de se rendre compte que nous avons la capacité de générer de nouvelles formes de gouvernance urbaine. Ceci est confirmé par le fait que, malgré des différences sociales, économiques et culturelles évidentes, les villes doivent faire face à un nombre de défis relativement similaires, et ont, de ce fait, souvent besoin d’un ensemble de solutions proches. Ces défis concernent la qualité et l’accès à l’eau, la pénurie de logements à prix abordable, la sécurité des personnes, le coût et l’accès aux infrastructures de santé, la dégradation de l’environnement, le coût, la qualité et l’accès à l’éducation, l’efficacité des structures de gouvernance, la croissance économique, le vieillissement des infrastructures de transport, le chômage, la cohésion civique et l’évolution démographique. En fournissant un nouveau cadre encourageant la coopération multisectorielle dans et entre les villes, l’UNGCCP a pour objectif de développer des solutions innovantes et durables pour l’ensemble de ces questions urbaines.

Le modèle de Melbourne

Au cours de l’histoire, les villes ont toujours coopéré entre elles afin de surmonter les menaces communes, faire croître leur économie et se développer en tant qu’entités géographiques et culturelles propres. Ces coopérations ont été menées à bien grâce à des alliances (relations personnelles ou cadres formels politiques et organisationnels), ou ponctuellement, en réponse à des menaces ou pour bénéficier d’avantages potentiels. Mais elles n’ont pas toujours été faciles et ont souvent été remises en cause par la concurrence entre les villes pour attirer des habitants, obtenir des terrains, des financements, des investissements, le pouvoir politique et la reconnaissance personnelle. Par conséquent, la gageure de l’UNGCCP est de fournir aux villes participantes un cadre efficace leur offrant la possibilité d’interagir sur des questions spécifiques, et suffisamment solide pour s’affranchir des barrières traditionnelles qui empêchent la coopération.

En approuvant les principes du Pacte mondial, l’UNGCCP cherche uniquement à traduire en projets urbains concrets les accords internationaux ratifiés par l’ONU, concernant les droits de l’homme et du travail, le développement durable et la lutte contre la corruption1. Cet objectif peut être atteint grâce à un modèle innovant appelé le Modèle de Melbourne, destiné à encourager une coopération efficace entre trois secteurs, à savoir les entreprises, les autorités et la société civile2. Plus précisément, le Modèle de Melbourne fournit un espace neutre pour s’occuper des questions d’intérêt commun, une implication efficace du secteur privé dans le traitement des questions sociales, ainsi qu’un dispositif permettant d’identifier et d’impliquer les « meilleures » parties prenantes pour répondre aux problèmes spécifiques, par opposition aux parties prenantes « habituelles ».

Trente villes participantes

En 2007, plus de 30 villes participeront à l’UNGCCP, dans des pays incluant la France, la Chine, l’Inde, l’Allemagne, les États-Unis, la Pologne, la Mongolie, l’Australie, le Japon, le Royaume-Uni, le Brésil, la Jordanie et l’Afrique du Sud. Ces villes ont accepté d’élaborer un projet précis et quantifiable, proposant une solution à une situation inextricable dans laquelle elles se trouvent. Il peut s’agir d’un problème d’ordre environnemental, social ou économique, qui doit répondre aux critères suivants :

  • le problème doit affecter directement et en même temps le secteur privé, les autorités et la société civile,
  • le secteur privé, les autorités et la société civile doivent s’impliquer dans l’élaboration de la solution,
  • toute nouvelle solution devra bénéficier au secteur privé, aux autorités et à la société civile.

Parmi les projets en cours, on peut citer la réduction du nombre de morts sur les routes de Chine, la mise en œuvre par les compagnies d’électricité d’Australie de nouvelles formes de relations avec les clients en difficulté financière, le passage de « l’ancienne » à la « nouvelle » économie en France, le développement de nouveaux systèmes de santé plus efficaces en Allemagne ou encore le développement d’un nouvel aménagement urbain en Mongolie. Tous ces projets reprennent les critères du Modèle de Melbourne et ont été élaborés de telle sorte qu’ils nécessitent l’implication directe de tous les secteurs et ne puissent pas être mis en œuvre par d’autres formes traditionnelles de gouvernance ou de solutions.

Les objectifs du programme

L’UNGCCP a spécifiquement été élaboré pour venir à bout de barrières traditionnelles à la coopération urbaine, en offrant un environnement neutre dans lequel les villes peuvent travailler ensemble de manière efficace. Il s’agit plus précisément d’un «espace» dans lequel un ensemble d’organisations et de départements gouvernementaux peuvent travailler ensemble sur des questions d’intérêt commun, sans avoir à craindre la concurrence et dans un environnement où toutes les parties prenantes peuvent identifier les avantages potentiels pour leur ville comme pour elles-mêmes. Au passage, les organisations participantes acquièrent des outils spécifiques.

Ce programme a également pour objectif de permettre à chaque ville participante de faire connaître et de présenter les projets qui réussissent dans leur propre ville et de tirer des leçons de l’étude de cas concrets dans les autres villes ayant vécu des expériences similaires. Contrairement aux plates-formes traditionnelles de communication, il encourage l’échange d’informations via des réseaux peer-to-peer et non via des études de cas publiées sous forme papier ou sur des sites Internet.

Il permet, entre autres, de faire des économies grâce à l’adoption de technologies urbaines et de méthodologies déjà utilisées par d’autres villes, d’éviter les phases de tâtonnement onéreuses des nouveaux programmes, d’avoir la possibilité d’adopter des projets et des idées déjà éprouvés dans d’autres environnements urbains, de trouver de bonnes idées pour le développement de sa propre ville, de nouer des contacts essentiels pouvant être utiles dans de nombreuses situations, et de coopérer avec d’autres villes pour résoudre des questions qu’une ville seule ne peut résoudre elle-même.

Au fur et à mesure que nous avançons dans le XXIe siècle, les défis de l’urbanisation nous apparaissent de plus en plus évidents. L’UNGCCP doit permettre d’aider à répondre à ces défis grâce à une nouvelle méthodologie destinée à élaborer des solutions à ces questions complexes, et ce, en offrant un cadre dans lequel les villes pourront coopérer de manière efficace et dans lequel les entreprises, les autorités et la société civile conjugueront leurs talents, leurs expériences, leurs idées et leur énergie pour proposer des solutions innovantes afin de relever certains des plus grands défis auxquels notre société est confrontée.

  1. Pour plus d’information sur les principes de l’UNGCCP, consulter le site www.citiesprogramme.org
  2. On entend par société civile un ensemble regroupant le monde universitaire, des ONG, l’ONU, des médias, des groupes de citoyens et des individus compétents.
http://www.constructif.fr/bibliotheque/2007-2/un-programme-pour-ameliorer-la-cooperation-entre-les-villes.html?item_id=2765
© Constructif
Imprimer Envoyer par mail Réagir à l'article