Sommaire N°16

Février 2007

Georges RIGAUD

Avant-propos

Les nouvelles politiques urbaines

Eduardo LOPEZ MORENO

Faire face à une urbanisation galopante et chaotique

Denise PUMAIN

Des villes européennes solidaires

François ASCHER

Les défis urbains de l'Europe : un point de vue français

Cliff HAGUE

Les défis urbains de l'Europe : un point de vue anglo-saxon

Bruno FORTIER

La ville s'est envolée

Thierry JOUSSE

Des villes, des films et des fantomes

Thierry PAQUOT

En route vers l'éco-urbanisme ?

Jean-Michel ROUX

L'aménagement urbain contre la fracture sociale

David TELLER

Un programme pour améliorer la coopération entre les villes

Trevor BODDY

L'ultime centre-ville ?

Nicolas BUCHOUD

Les professionnels qui font la ville : des aménageurs aux nouveaux urbanistes

Michel MICHEAU

Repenser la formation des urbanistes

Nathalie ROSEAU

Aménager la ville des flux

Les rouages de l'opinion

Luc FERRY

Opinion publique et idéologie

Jean-Louis BENOIT

Histoire d'une montée en puissance

Denis MUZET

Un citoyen « médioatico-sensible » dans une démocratie médiatique

Jean-Marie COTTERET

La tyrannie télévisuelle

Jean VOLFF

Un exemple de manipulation de l'opinion : l'affaire Allègre

Alain DUHAMEL

Les hommes politiques sont « accros » à l'opinion

François MIQUET-MARTY

Les sondages font-ils l'opinion?

Thierry VEDEL

Blogs politiques : vraie ou fausse révolution ?

Jean-Pierre BEAUDOIN

Peut-on gérer le « facteur opinion » ?

Ludovic FRANCOIS

Faire face à la déstabilisation de l'entreprise

Emmanuel LEMIEUX

Le nouveau jeu de mikado de l'influence intellectuelle

Alain BLANC

Règne de l'opinion ou règne sur l'opinion ?

Cliff HAGUE

est professeur émérite à l'université Heriot-Watt (Edimbourg) et secrétaire général de l'Association des urbanistes du Commonwealth.

Les défis urbains de l'Europe : un point de vue anglo-saxon

Au cours de la prochaine génération, l’avenir de l’Europe dépendra de l’évolution de ses régions urbaines. Si l’Union européenne doit atteindre ses objectifs de compétitivité, de cohésion et de développement durable, alors il est nécessaire que l’aménagement urbain ainsi que la gestion des villes et de l’hinterland soient de grande qualité. Or, trop souvent, les stratégies de développement et d’aménagement urbain manquent de cohérence et ne sont pas en phase avec les besoins du XXIe siècle.

En 2000, l’Union européenne a adopté la stratégie de Lisbonne qui vise à rendre l’Europe globalement plus compétitive. L’Union connaît en effet une rude concurrence économique, en provenance par exemple de l’Amérique du Nord, du Japon, de la Chine et de l’Inde. Il est de plus en plus souvent admis que la localisation géographique et les politiques territoriales influencent la performance économique de manière significative. Porter (1990, 1995, 1996) montre que les facteurs liés à la localisation des entreprises influencent la compétitivité de celles-ci. Il estime que l’avantage compétitif peut s’expliquer par des facteurs intrinsèquement locaux. Ainsi, «… les régions qui réussissent économiquement sont celles dans lesquelles se concentrent des connaissances spécialisées, des administrations impliquées, des entreprises concurrentes, des entreprises associées et une clientèle diversifiée. Le facteur de proximité permet un accès privilégié, des relations plus directes, une meilleure information et de fortes incitations à innover » (Lever and Turok, 1999).

Le rôle des collectivités locales

L’encadré ci-dessous liste les facteurs qui influencent la compétitivité de manière significative. Il montre que les infrastructures, l’environnement, l’habitat et la cohésion sociale doivent être considérés comme des éléments contribuant au développement économique. Sur ces questions, les gouvernements locaux, régionaux et nationaux ont beaucoup de responsabilités et de pouvoirs. Utilisés de manière efficace et intégrée, ceux-ci peuvent améliorer la situation économique d’une région urbaine.

L’un des concepts-clés est le capital territorial. Il s’agit (voir encadré ci-dessous) de l’ensemble des avantages d’une région : situation géographique, climat, tissu industriel, ressources naturelles, qualité de vie, économies d’agglomération pour les villes ainsi que l’existence d’un environnement consensuel et de réseaux de soutien permettant d’accélérer l’innovation.

C’est dans les villes que le fossé entre riches et pauvres est le plus visible. Alors qu’à l’heure actuelle en Europe, le taux d’urbanisation est très faible, l’écart grandissant entre les très riches et les très pauvres est pourtant bien visible dans les régions urbaines. On constate le développement d’une société «en sablier», dans laquelle le marché du travail se caractérise par un nombre d’emplois «de riches» ou «de pauvres» supérieur aux emplois intermédiaires (ceux auparavant exercés par les secrétaires, les employés de bureau et les artisans). Il est donc nécessaire d’élaborer des stratégies d’aménagement positives permettant aux communautés modestes de profiter des avantages de la vie en ville, tant en Europe que dans les régions les plus pauvres de la planète.

Gérer la diversité

La gestion de la diversité est l’un des plus grands défis auxquels les décideurs politiques européens sont confrontés. En règle générale, les politiques municipales ont toujours été élaborées en considérant que tous les habitants étaient identiques. Cela a conduit à la standardisation de l’offre de services publics. Or, aujourd’hui, l’Europe urbaine se caractérise par sa diversité, qu’elle soit liée au sexe, à l’âge, à l’ethnicité ou au handicap, etc. Afin que le service soit le meilleur pour tous, les politiciens et décideurs doivent comprendre quels sont les besoins spécifiques de tout un chacun. Des stratégies volontaristes sont donc nécessaires afin que l’aménagement et le développement urbain prennent mieux en compte cette diversité.

En 2001, les ministres du Conseil européen de Göteborg ont reconnu que le développement durable est un objectif fondamental assigné par les traités sur l’Union, qui « nécessite que les politiques économiques, sociales et environnementales soient abordées dans un esprit de synergie ». Il a par ailleurs ajouté une dimension environnementale au processus de Lisbonne pour la compétitivité. Une fois de plus, les régions urbaines sont au cœur du défi à relever.

Développer des communautés durables

Le développement durable implique en effet un développement urbain également plus durable. Il est de plus en plus admis que les émissions de CO2 ont un impact sur le changement climatique global. En Europe, on peut s’attendre à vivre des phénomènes météorologiques extrêmes, comme la canicule de 2003, et ce de plus en plus souvent. Alors que la pénurie d’eau et le risque d’incendie de forêt menacent le Sud de l’Europe, d’autres régions sont inondables à tout moment. Comme l’a souligné la Stern Review (2006), le coût de tels phénomènes extrêmes a déjà augmenté, même pour des pays riches comme ceux de l’Europe. Or, les conséquences de la consommation globale d’énergie dans l’hémisphère Nord dépassent largement nos propres frontières. L’ONU prévoit que d’ici à 2050, le réchauffement climatique pourrait « créer » 150 millions de réfugiés climatiques. Dès lors, un développement urbain plus éco-responsable en Europe est un impératif autant économique que moral.

Dans les années 90, le livre vert de l’Union européenne sur l’environnement urbain reconnaissait l’importance des effets du développement urbain sur l’énergie, sur la pollution de l’air, de l’eau et du sol, ainsi que sur l’environnement. Depuis, dans toute l’Europe, de nombreuses communautés locales ont répondu à la nécessité de «Penser global, agir local». Nous devons aménager et gérer les villes en veillant à ne pas augmenter notre dépendance à la voiture. Il est plus que jamais nécessaire que les grandes infrastructures soient planifiées d’une façon intégrée et qu’elles soient utilisées de manière à orienter le développement dans la direction souhaitée. Réglementer ce nouveau développement requiert une prise en compte adéquate de l’efficacité énergétique et de la microgénération. Les autorités locales doivent étudier la manière dont elles gèrent leurs biens fonciers et immobiliers, leurs achats de biens et le traitement de leurs déchets. L’acquisition de biens immobiliers par les municipalités ou autres organismes publics représente généralement une grande partie de l’activité du secteur de la construction. Afin de garantir que la valeur d’un immeuble sera la meilleure possible pendant tout son cycle de vie, des normes peuvent être établies, telles que le recours aux matériaux recyclés, la réduction de la consommation énergétique et le recours à des énergies vertes.

Les clés du succès

L'encadré ci-contre présente quelques pistes, sur la base d’une étude approfondie des pratiques en Europe. Récemment, les gouvernements des États membres de l’UE ont reconnu la nécessité de l’existence de communautés durables. L'encadré ci-contre présente les caractéristiques de ce type de communauté. Il est important de noter que c’est l’ensemble de tous ces éléments qui définit une communauté durable, et pas seulement un seul ou plusieurs d’entre eux. Chaque élément doit être « relié » aux autres et les dirigeants politiques doivent mettre en œuvre des actions transversales. La plupart du temps, cela signifie qu’il faut travailler de manière innovante.

Dans le monde entier, nous sommes à un tournant en matière d’aménagement et de développement urbain. L’urbanisation rapide de l’hémisphère Sud remet en cause les stratégies d’aménagement traditionnelles. Néanmoins, si l’Europe souhaite construire de manière plus durable et plus inclusive, un changement de stratégie est nécessaire. À l’ère de la mondialisation, il devrait être possible pour les urbanistes des quatre coins de la planète de partager leurs connaissances et leur savoir-faire pour bâtir de meilleures villes pour tous.


  1. Les principes exposés dans l’article « Re-inventing Planning » (Farmer et.al.2006) et l’appel à un nouvel aménagement urbain s’appliquent particulièrement à la France et à d’autres pays riches : nous faisons partie d’un seul et même monde. Le livre « Making Planning Work: A guide to approaches and skills » (Hague et.al.2006) présente plus de 25 études de cas montrant comment le nouvel aménagement urbain peut être mis en œuvre
http://www.constructif.fr/bibliotheque/2007-2/les-defis-urbains-de-l-europe-un-point-de-vue-anglo-saxon.html?item_id=2755
© Constructif
Imprimer Envoyer par mail Réagir à l'article